• VITAMINE D

    Un lien entre vitamine D et autisme

    • La fréquence de l'autisme dépendrait de l'exposition aux UVB.
    • Le déficit en vitamine D serait en cause dans la survenue de l'autisme.

    Des chercheurs Américains se sont intéressés à la prévalence de l'autisme en fonction du lieu d'habitation chez des enfants âgés de 6 à 17 ans, qu'ils soient blancs, noirs ou d'origine Asiatique. Ils ont découvert que la fréquence de la maladie était deux fois supérieure dans les Etats recevant le moins de rayons UVB du soleil (nécessaires à la synthèse de la vitamine D dans la peau) par rapport aux Etats qui en reçoivent le plus.

    Leurs travaux montrent que les personnes noires qui reçoivent le moins d'UVB ont 40% plus de risque d'avoir un enfant autiste comparativement aux personnes blanches qui reçoivent plus d'UVB (ndlr: la couleur de peau influence la synthèse de la vitamine D).

    Ces résultats questionnent : est-ce que l'autisme est lié à un déficit en vitamine D de la mère pendant la grossesse ou s'agit-il d'un déficit chez l'enfant pendant sa croissance ?

    D'autres études ont montré que le déficit en vitamine D avait un impact négatif sur le développement du cerveau, en particulier pendant le troisième trimestre, se manifestant probablement par un risque augmenté de troubles du langage et de schizophrénie. La vitamine D pourrait aussi réduire le risque d'autisme en améliorant les défenses immunitaires de la mère et pendant les premiers mois de la vie.

    Il a déjà été mis en évidence précédemment que les déficits en vitamine D sont particulièrement fréquents chez les enfants autistes. Ces chercheurs pensent qu'une supplémentation adaptée pourrait améliorer significativement les symptômes et appellent à ce que de nouvelles études soient lancées car elles manquent encore cruellement.

    Références : Grant W, Cannell J. Autism prevalence in the United States with respect to solar UV-B doses: An ecological study. Dermato-Endocrinology 2012; 4:0 - -1; http://dx.doi.org.

    (--> article du site La Nutrition)

    La vitamine D pour aider les enfants autistes

    • Les enfants autistes seraient souvent carencés en vitamine D.
    • Des suppléments de vitamine D leur sont alors nécessaires, ne serait-ce que pour corriger les carences.

    La vitamine D serait-elle impliquée dans le développement de l’autisme ? C’est en tout cas ce que pense le docteur John Cannell, le spécialiste américain qui anime le site Vitamin D Council. Dans un article publié en 2008 dans la revue Medical Hypothesis, il soulignait le fait que la consommation de poissons riches en vitamine D durant la grossesse réduirait le risque d’autisme chez l’enfant (1). Il faisait par ailleurs remarquer que l’autisme était plus fréquent dans les régions où le rayonnement UVB était plus faible comme les villes, les zones avec une pollution atmosphérique importante ou celles qui enregistraient des pluies fréquentes. Enfin John Cannell notait que les cas d’autismes étaient plus souvent rencontrés dans les populations noires, celles là même où les futures mamans présentent le plus fréquemment une carence en vitamine D pendant la grossesse. John Cannell estime donc qu' « une carence en vitamine D de la mère pendant la grossesse est à l’origine de l’autisme chez l’enfant ». L’hypothèse est difficile à vérifier, mais ce qui est bien réel, c’est que les autistes manquent de vitamine D et que des suppléments seraient appropriés.

    Les mamans manquent de vitamine D, les autistes aussi

    Des chercheurs suédois ont publiée en mars 2010 une étude portant sur le lien entre taux maternel en vitamine D et autisme (2). Le docteur Elisabeth Fernell et ses collègues du centre pour jeunes enfants autistes de Stockholm ont suivi des mamans d’origine somalienne ayant un enfant autiste et constaté que le niveau de vitamine D dans le sang de ces mamans était extrêmement faible, inférieur à 10 ng/mL.

    Une autre étude publiée ce mois ci par une autre équipe de chercheurs suédois de l’Institut Karolinska montre que les patients atteints d’autisme sont également carencés en vitamine D. (3) Les chercheurs ont mesuré les taux de vitamine D chez 117 patients atteints de troubles psychiatriques différents. Parmi eux, 10 adultes souffrant d’autisme avaient les taux de vitamine D les plus bas, en moyenne 12 ng/mL.

    Des suppléments de vitamine D nécessaires

    Les parents devraient donc consulter un médecin pour savoir si leurs enfants manquent de vitamine D, et faire prescrire le cas échéant cette vitamine pour corriger les déficits, qui sont associés à de nombreux troubles de santé. Quant à savoir si des suppléments de vitamine D peuvent améliorer les symptômes de l’autisme, les études sur ce sujet manquent. Néanmoins John Cannell rapporte l’exemple d’un petit garçon de 12 atteint du syndrome d’Asperger, un trouble autistique, dont l’état s’est considérablement amélioré grâce à un supplément de 5000 UI de vitamine D par jour. « Il est roux et a la peau claire, je l’ai donc toujours protégé du soleil », soulignait sa maman qui a demandé conseil au Dr Cannell. Les parents du petit garçon rapportent une amélioration nette dès le premier mois de supplémentation. « Son comportement s’est nettement amélioré à la maison comme à l’école ».