• L'ENVIRONNEMENT

     A la maison comme à l'extérieur, c'est vote regard et vos croyances en votre enfant qui feront la différence Vous devez croire à 100% qu'il comprend (même si vous ne savez pas comment il le comprend ou à quel niveau il comprend), peu importe, ce sont des éponges émotionnelles qui ont besoin de vous et de votre confiance pour avancer et combattre leurs sensibilités. 

    Imaginez ce qu'ils peuvent ressentir, eux qui sont si bien au calme et dans l'amour de la famille, avec leurs rituels et leurs habitudes, de se retrouver propulser dans un environnement "agressif" au milieu des autres (alors que peut-être votre enfant souffre de dyspraxies visuo-spatial, qu'il ne gère pas la 3D, qu'il ne voit pas en couleur, qu'il ne voit les gens qu'au ralenti, si ce sytème sensoriel dysfonctionne), au milieu du bruit (s'il ne gère pas ni les graves, ni les aigues, si son système vestibulaire n'est pas encore en place, s'il entend tous les sons de toutes les langues comme un bébé et qu'il n'arrive pas à faire le tri etc etc...), dans un immense espace s'il n'a pas conscience de son corps, de ses extrémités, qu'il n'arrive pas à se situer dans l'espace, qu'il n'est bien qu'en hauteur ou rattaché à quelqu'un etc...si ce domaine sensoriel dysfonctionne.... 

    Je pourrais encore vous énumérer tant de difficultés auxquels ils son confrontés et qui perturbent leur vie et dont les autres ne peuvent pas avoir conscience !

    Allez un dernier exemple : n'avez vous jamais eu de dérèglement sensoriel cutané déclenché par un produit à douche ? A tel point que vous ne supportiez que certains produits achetés en pharmacie et que  vous ayez beau rincer vos bras, ça continue de vous démanger... 3 doses de tuberculinum à 3 mois d'intervalle et c'est fini !!... Mais lui, elle, eux, imaginez un système sensoriel cutané déréglé à tel point qu'il ne supporte pas le contact de certains tissus, de certains produits ou même du contact de l'eau sur leur peau et que le seul moyen de l'exprimer soit de fuir ou de crier... parce qu'ils ne peuvent pas expliquer ce qu'ils ressentent !!!

    Tout cela leur demande des efforts quotidiens permanents et vous êtes leur source de plénitude, leur parent et pour vous ils en feront des efforts !...alors oui, après ils faut qu'ils puissent se décharger, se défouler, exprimer...

    Vous devez avoir tout cela en permanence à l'esprit, car leur 6 systèmes, ou 1 ou 2...peuvent être défaillants, déséquilibrés ou encore en développement : visuel, tactile, auditif, proprioceptif, vestibulaire, goût et olfaction !

    Voici un petit texte très intéressant de Mme TEMPLE GRANDIN, Professeur auxiliaire Ph.D à l'Université de l'État du Colorado, Fort Collins, CO 80526 USA : 

     Les problèmes sensoriels chez l’enfant autiste et Asperger

     

     --> consulter également le site ASPERANSA, qui a repris dans leur intégralité la traduction des textes de Temple Grandin : Mes expériences avec les problèmes sensoriels de la pensée visuelle et les difficultés de la communication.

      --> consulter également le site de l'association CHANGE TON REGARD : FILMS REGARD D'AUTISTES SUR LE MONDE

       CNRS : le Journal

    Extraits du site du CNRS

    Les premiers sons entendus, les premiers touchers, les premières odeurs, les premiers sourires, les premiers mots, les premiers pas… À sa naissance, l'enfant se lance dans l'aventure de sa vie. Six ans après, il sait penser, nouer des relations sociales et bouger au gré de sa volonté. C'est alors l'âge de rejoindre les bancs de l'école primaire. Que se passe-t-il vraiment avant cette étape-clé de la vie ? Comment l'enfant s'est-il construit au cours de ces six premières années ? (...)

    © DR

    Eux et l'autre, eux et l'environnement...

    Les enfants autistes distinguent mal les émotions à cause d'un problème de traitement des informations visuelles par le cerveau. Ici, ils ne perçoivent pas le visage grimaçant de l'homme comme les enfants témoins, mais celui, souriant, de la femme. 

    La pensée s'élabore ainsi bien avant la parole. Tout commence par la reconnaissance des visages et des émotions quelques heures après la naissance. Très vite, l'enfant se lance dans son premier jeu social : l'imitation. « C'est la brique de base du comportement, sur laquelle se construit le répertoire émotionnel », explique Christine Deruelle, chargée de recherche à l'Institut de neurosciences cognitives de la Méditerranée (INCM)1. (...)

    Christine Deruelle qui a observé des enfants autistes – présentant des déficits émotionnels et sociaux précoces – ou souffrant du syndrome de Williams – soit d'hypersociabilité –, explique que les facultés d'interaction sociale dépendent du développement sensoriel. Et justement, ces bambins présentent des perturbations précoces d'une voie cérébrale liée au traitement des informations visuelles qui est utile dans la reconnaissance globale des émotions. Du coup, ils ont développé d'autres stratégies, atypiques, pour percevoir des émotions. Ils se focalisent sur un trait facial et non sur la globalité des visages, ce qui les conduit par exemple à ne pas être plus émus devant un visage souriant que devant un objet inanimé.  

    --> A découvrir, suite de l'article sur le site du CNRS 

     

      CARLY'S CAFE

    Voici un travail fabuleux pour vivre l'autisme de l'intérieur

     Cette expérience est vu à travers les yeux de Carly Fleischmann, une jeune fille de 17 ans, non verbale, autiste. Basée sur un extrait du livre Carly : pour briser l'autisme, il explore comment, pour une personne avec autisme, un simple geste comme aller au café peut être le chaos. Carly' café a été développé comme une vidéo interactive qui permet à l'utilisateur de vivre l'expérience de l'autisme de l'intérieur comme de l'extérieur.

    Visitez le carlyscafe.com pour profiter de l'expérience complète.
    PRODUCTION crédits directeur - rédacteur en chef Jay km - Chris Murphy