• IME EXPERIMENTAL MAIA

    Au centre MAIA pour enfants autistes, l'innovation est reine - LE MONDE | 03.04.2013, Par Catherine Vincent

    "Pour apprendre à jouer au ping-pong, Enzo a longtemps tapé sur une balle suspendue à un fil : avoir un partenaire en face de lui l'aurait déstabilisé. Le fil a progressivement été allongé, Enzo a envoyé la balle de plus en plus loin et commence à prendre plaisir à jouer sur une table. Une victoire pour ce garçon de 12 ans, qu'il doit pour beaucoup au centre d'accueil de l'association MAIA Autisme.

    Enclavée derrière un immeuble d'habitation du 12e arrondissement de Paris, cette structure est l'une des vingt-quatre à avoir obtenu le label d'Institut médico-éducatif (IME) expérimental dans le cadre du deuxième plan Autisme 2008-2012. Fondée sur l'analyse appliquée du comportement ou méthode ABA (Applied Behavior Analysis), elle prend en charge seize enfants âgés de 5 à 13 ans, atteints de troubles autistiques plus ou moins profonds.

    MUR D'ESCALADE ET TABLES DE PING PONG

    Dans le hall, des instruments de vibration musicale. Des tables et des casiers dans les salles d'activité, une pièce pour visionner les DVD, une autre pour la relaxation. Et beaucoup d'équipements sportifs, financés pour l'essentiel par la Fondation Bettencourt. Mur d'escalade, tapis de course, vélos d'entraînement, tables de ping-pong. "Mise en œuvre très tôt, la méthode ABA fait faire à certains enfants des progrès fulgurants. Mais pour d'autres, ce n'est pas le cas. Lorsque ceux-là deviennent préadolescents, les outils pédagogiques mis au point pour les petits ne sont plus adaptés. Il faut donc inventer autre chose", explique Claire Doyon. Mère d'une petite Pénélope, aujourd'hui âgée de 13 ans et autiste profonde, elle a créé l'association en 2004. Avec un seul but : apporter une aide financière et éducative à sa fille.  "J'avais fait le tour des instituts existants, et j'avais eu d'emblée un rejet face au discours très culpabilisateur qu'on me tenait", se souvient la jeune femme, qui a dû mettre entre parenthèses sa carrière de réalisatrice pour s'occuper de sa fille. Refusant de mettre Pénélope en hôpital de jour, elle part se renseigner aux Etats-Unis. "J'y ai découvert une façon de regarder ce handicap radicalement différente. Une approche très pragmatique, des outils diversifiés et performants, une grande réactivité de dépistage, du personnel formé..." Tout ce qui manque à l'époque en France, et à quoi le deuxième plan Autisme a donné une réelle mais timide impulsion.

    "C'est quoi, ton sport préféré ?", vient demander Kolleens, 8 ans, sous l'injonction de son éducatrice. Quand il est arrivé ici, le petit garçon faisait des crises à répétition. Il se tapait la tête, se montrait violent. Aujourd'hui, ses troubles du comportement ont laissé la place à de vrais progrès verbaux et sociaux. "Comme lui, la plupart des enfants sont partiellement intégrés en école ordinaire ou en CLIS[classe pour l'inclusion scolaire], à raison d'une à quatre demi-journées par semaine", précise Gwenaëlle Lerigoleur, jeune éducatrice spécialisée qui a découvert l'ABA lors d'un séjour à Montréal.

    Impossible, cependant, de les laisser en classe sans la présence d'un des seize éducateurs (un par enfant) du centre : des auxiliaires de vie scolaire ont beau, parfois, être sur place, "leur formation est trop peu adaptée aux troubles autistiques pour être efficace", estime Claire Doyon. L'association a passé une convention avec l'hôpital Bichat, qui se charge d'évaluer chaque année le développement psychomoteur et orthophonique des enfants.

    MÉLANGE ENTRE L'ÉCOLE ET LA MAISON

    Si cet institut expérimental illustre ce qui commence à bouger, en France, en matière de prise en charge de l'autisme, il témoigne aussi du parcours du combattant que constitue une telle aventure. Pour ses fondateurs, l'horizon s'est certes élargi avec l'agrément reçu en 2009, qui s'accompagne depuis lors d'une dotation annuelle de l'agence régionale de santé de 1,2 million d'euros."

    ... / ...

    --> Extrait de la publication trimestrielle de Autisme75, infos n°35

    MAIA, une association et un IME expérimental

    De la naissance d’une association à la création d’un IME expérimental pour 16 enfants avec autisme.

    ◗ L’association

    MAIA autisme est une association loi 1901. La dénomination MAIA - qui signifie Maison pour l’Apprentissage et l’Intégration des enfants avec Autisme - traduit bien l’esprit et l’approche de l’association. En effet, elle veut être au plus près des besoins d’enfants atteints d’autisme, en portant tout projet favorisant ces objectifs, notamment la création et la recherche de projets pédagogiques innovants.

    La création de MAIA s’est faite à l’initiative de Claire Doyon qui, en 2004, crée avec l’appui de son entourage l’association (loi 1901) « Les Amis de Pénélope Maureau Doyon », au profit de l’aide éducative de sa fille Pénélope.En 2007, MAIA voit le jour. Une microstructure est mise en place dans Paris 18ème. La ville de Paris et les parents en assurent le financement. Trois enfants y sont accueillis. 

    En 2011, l’association des Amis de Pénélope devient MAIA Autisme. Actuellement, l’association a 212 adhérents. Son fonctionnement est assuré essentiellement par 4 bénévoles aidés depuis janvier 2012 par une assistante à plein temps. MAIA Autisme est gestionnaire de l’IME expérimental MAIA.

    ◗ L’IME expérimental MAIA

    Le statut expérimental a permis de mettre en place un dispositif d’encadrement “d’un adulte pour un enfant”Il est aussi à la convergence de la volonté des parents d’explorer toutes les possibilités pour mieux combattre l’autisme et de celle des Pouvoirs Publics et autorités médico-sanitaires de soutenir des IME pionniers et découvreurs. Cette ambition reçoit également l’appui de mécènes; ainsi, l’IME MAIA bénéficie d ’un important soutien de La Fondation Bettencourt Schueller et la Fondation Orange financent certains de ses projets. Travail à table 1 éduc/1 enfant !

    IME EXPERIMENTAL MAIA

    L’IME est dirigé par Ana BIBAY, analyste du comportement certifiée (BCBA).

    Il y a actuellement 23 salariés, dont 8 à temps partiel. L’équipe pédagogique comprend : 12 éducateurs-animateurs dont 1 éducateur sportif, 2 psychologues, 1 neuropsychologue, 1 orthophoniste, 1 psychologue spécialiste du comportement.

    Début 2011, l’IME s’implante dans ses nouveaux locaux de 570 m2 avenue du Docteur Arnold Netter à Paris 12 ème.  La configuration très favorable de l’espace et des volumes a permis une architecture et un agencement des pièces en phase avec le projet pédagogique.  L’Institut a notamment une salle de sport avec un mur d’escalade, une salle de restauration (qui inclura une cuisine pédagogique) et des espaces pour différents ateliers : musique, peinture, théâtre etc.

    Depuis la rentrée de septembre 2011, le nombre d’enfants accueillis à l’IME MAIA est passé progressivement de 6 à 16 enfants, 12 garçons et 4 filles, entre 3 et 12 ans.

     IME EXPERIMENTAL MAIA IME EXPERIMENTAL MAIA IME EXPERIMENTAL MAIA

             Travail avec vélo médical                         Activité ludique                     Travail sur le mur d’escalade

     

    L’IME a vocation à accueillir des jeunes jusqu’à l’âge adulte. Une équipe jeune, mais qui s’est déjà bien structurée depuis la rentrée, travaille ensemble dans le but de favoriser, rechercher et mettre en place une prise en charge au plus proche des besoins de la personne accueillie. Et cela, en vu de son épanouissement global, du développement de son autonomie, de ses aptitudes à la communication, à la socialisation et à l’apprentissage.  

    L’ABA définit le cadre théorique et pratique qui oriente les professionnels das leurs actions, mais des outils spécifiques (exemple : PECS, langage de signes, etc.) sont utilisés et intégrés au sein des procédures ABA.   

    De plus, le caractère expérimental de l’IME MAIA s’exprime par des projets spécifiques tels que :

    1. le développement de logiciels de rééducation neuropsychologique;
    2. le partenariat avec l'hôpital Bichat pour le suivi et l’évaluation pluridisciplinaire des enfants,
    3. un vélo horizontal médical permettant des exercices physiques stimulant un grand spectre du cerveau. Acquis récemment, il vient d’être installé. C’est la première fois qu’un équipement de ce type est implanté en France.

    IME EXPERIMENTAL MAIA

    Travail par le jeu et accueil des fratries 

    Ce travail est fortement appuyé sur l’engagement et la participation des éducateurs dans la conception et l a mise en place des programmes des enfants. A l’IME MAIA, chaque enfant a un éducateur référent et une équipe restreinte (2 ou 3 professionnels) qui interviennent. Ce référent collabore avec la directrice pour l’élaboration du Projet Educatif Individua-lisé (PEI) de l’enfant. Le PEI est ensuite validé par sa famille. Enfin, ce travail est complété par l’expertise d’autres professionnels : psychologue, neuropsychologue, psychomotricien, orthophoniste, etc...  

    ◗ Quelques témoignages : 

    “… Ce qui est très intéressant, ce qui est très particulier ici est le travail en 1 pour 1, on a ainsi la possibilité de tra-vailler individuellement avec chaque enfant pour dévelop-per un projet réellement individualisé. Avec la loi 2005, on parle beaucoup du PEI de l’enfant et à MAIA il n’y a pas de doute qu’on est dedans.“ (Gwenaëlle, éducatrice à l’IME MAIA).

    « En tant que référent, j’ai le rôle d’établir des grilles de co-tation pour les programmes et d’assurer la bonne cohésion dans l’équipe intervenant auprès de l’enfant. Je dois aussi faire remonter les informations à la direction concernant les avancées du programme. C’est un poste à responsabilité, car on doit trouver des pistes de travail et adapter le maté-riel et les activités, en fonction à la fois des besoins et des ré-ponses de l’enfant. » (Angèle, éducatrice à l’IME MAIA).

     « En tant que parent, j’apprécie particulièrement la bonne communication avec l’équipe. Le cahier de correspondance ainsi que les rencontres tous les 3 mois avec la direction sont essentiels, car je pense que la communication aide les parents à surmonter les craintes qu’ils peuvent naturellement avoir. J’apprécie la diversité d’activités que mon enfant pratique à MAIA : il y a le travail à table, mais il y a aussi les activi-tés physiques (sport, piscine, mur d’escalade). Même la can-tine où les enfants mangent, est un lieu où il y existe des possibilités d’interaction entre les enfants. L’interaction et l’apprentissage se font ensemble, il n’y a pas de séparation entre ces deux idées. Enfin, les locaux sont très bien faits. Les enfants ont beaucoup d’espace, mais il est organisé pour qu’ils puissent bien se repérer et être ainsi plus autonomes». (Suzanne, maman d’un enfant accueilli à MAIA).

    Pour finir, MAIA est une formidable aventure qui combine la prise en charge des enfants, l’appui apporté aux fa - milles et la recherche obstinée de nouvelles solutions pour combattre l’autisme. 

    IME EXPERIMENTAL MAIA

    Contacts :  IME expérimental MAIA Directrice : Ana Bibay secretariat@ime-experimental.com

    Association Présidente : Brigitte Peccia-Galletto contact@maia-autisme.com

    Adresse : 47/49 Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS