• FLORE INTESTINALE

    LA PISTE BACTERIENNE : UN ESPOIR POUR LES AUTISTES ?

    Les enfants atteints d’autisme s’enferment dans leur solitude. Les origines de cette maladie encore incurable sont mal connues. Selon un chercheur canadien, l’origine du mal se trouverait dans la flore intestinale. Un espoir pour les malades ?

    Extrait de l'article de Stefanie Schramm, ARTE Magazin

    "(...) Les causes de ce trouble du développement de l’enfant sont encore assez floues. Les chercheurs tâtonnent. On sait seulement que les enfants atteints de cette pathologie ont un patrimoine génétique qui présente d’infimes mais nombreuses modifications qui se répercutent sur le développement de leur cerveau. Une maladie pour laquelle il n’existe encore aucun traitement. La thérapie comportementale et les programmes d’assistance permettent seulement d’atténuer les symptômes. 

    Face à ce constat déprimant, un Canadien, Derrick MacFabe, chercheur à l’Université de Western Ontario, échafaude une hypothèse audacieuse : ce sont les bactéries intestinales et leurs produits métaboliques qui, selon lui, favoriseraient l’autisme. Ces toxines se formeraient notamment lors de la digestion du blé et des produits laitiers. Si cela se vérifie, cela voudrait dire que l’environnement est un facteur de développement de la maladie, et non pas seulement, comme on le suppose jusqu’ici, le patrimoine génétique. D’un seul coup, le traitement de cette maladie serait à portée de main : il suffirait de combattre les bactéries incriminées (notamment les clostridiums) et leurs produits métaboliques (des acides gras comme l’acide propionique), suspectés de perturber les processus neuronaux, et d’agir sur l’alimentation (...)."

     

      FILMS MIS A DISPOSITION SUR LE SITE DE ARTE

    Voir en ligne > « l'enigme-de-l-autisme-la-piste-bacterienne-extrait-1»

    Voir en ligne>  « l'enigme-de-l-autisme-la-piste-bacterienne-extrait-2-2»

     

     Que savons-nous de notre ventre, cet organe bourré de neurones, que les chercheurs commencent à peine à explorer? Selon cette captivante enquête scientifique, il semblerait que notre cerveau ne soit pas le seul maître à bord.


    Le ventre: notre deuxième cerveau par JaneBurgermeister