• EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

    Préserver son équilibre acido-basique

    L’équilibre acido-basique de l’organisme est essentiel pour que se produisent les réactions chimiques nécessaires à la survie. Le pH sanguin, qui mesure la concentration en ions hydrogène doit donc absolument rester stable, oscillant autour de 7,4.

    Plusieurs aliments ainsi que le stress inhérent à la vie quotidienne représentent des causes d’acidification pour l’organisme. Afin de compenser ce phénomène, les reins filtrent l’acide urique du sang et les poumons expirent le gaz carbonique. Il existe aussi trois mécanismes chimiques pour éliminer les acides du corps, appelés les systèmes tampons.

    Que signifie avoir un problème d’acidité ?

    Souffrir d’acidité signifie que le corps souffre des efforts fournis pour stabiliser le pH, ce qui ne veut pas dire que le pH sanguin devient particulièrement acide. Lorsqu’il peine à lutter contre l’acidification, l’organisme utilise ses réserves en minéraux alcalinisants pour tamponner l’acidité. Ses fonctions vitales et ses structures seront éventuellement affectés par la déminéralisation, notamment le système nerveux, les ongles, les cheveux et les os.

    Symptômes de l'acidité / extrait de l'article du site BienEtreAlcalin

    L´acidité se manifeste sous formes très diverses : 

    • chute de cheveux
    • démangeaisons du cuir chevelu, cuir chevelu sec
    • cuir chevelu/cheveux gras
    • pellicules
    • migraine
    • parodontose/déchaussement des dents
    • tartre
    • caries dentaires
    • problèmes cutanés (acné, neurodermite, psoriasis, peau grasse, peau sèche, herpès, verrues, mycoses, eczéma...)
    • irritations et démangeaisons de la peau
    • gerçure
    • callosités du talon
    • transpiration excessive et désagréable
    • goutte
    • hémorroïdes
    • varices
    • douleurs de membres
    • symptômes de la grossesse 
    • symptômes de la ménopause
    • cellulite
    • crampes
    • excès de poids
    • ostéoporose
    • fatigue
    • allergie
    • oedème
    • Ralentissement du métabolisme
    • Aggravation des inflammations
    • Épuisement du système nerveux
    • Prolifération des bactéries et des champignons
    • Dérèglement de la flore intestinale
    • Tensions musculaires

    Conserver l’équilibre acido-basique

    La peau, les reins, les poumons et l´appareil digestion ont un grand rôle d´élimination dans le corps. En cas de déséquilibre acido-basique ils sont affaiblis donc plus vulnérables aux maladies (infections urinaires, asthme, toux, rhume, troubles de la digestion).

    La clef pour se prémunir de l’acidité par l’alimentation est une nourriture riche en minéraux alcalinisants.

    Le pH d’un aliment n’est pas toujours un bon indicateur, c’est plutôt sa teneur en minéraux qui nous indique son impact sur l’équilibre acido-basique. En témoigne avec éloquence l’exemple du citron, un fruit alcalinisant bien qu’au pH très acide, grâce à sa richesse en minéraux.

    La documentation sur l’équilibre acido-basique abonde en contradiction apparentes et en confusions car la classification des aliments alcalinisants et acidifiants se base sur des comparaisons entre les aliments et demeure donc relative.

    De plus, cette classification est un exercice délicat puisqu’une diète normale doit être composée des deux catégories d’aliments.

    En général, fruits, légumes, fines herbes et graines sont considérés comme les aliments plus alcalinisants tandis que sucres, céréales, produits laitiers, viandes et légumineuses se retrouvent parmi les groupes d’aliments les plus acidifiants.

    Il s’agit donc simplement de modérer la consommation des aliments jugés plus acidifiants relativement à chaque groupe alimentaire et d’infléchir la diète en faveur d’aliments plus alcalinisants.

    Quelques suggestions d’aliments à favoriser

    Fruits : Bananes, pommes, poires, pêches, dattes et autres fruits sucrés sont moins acidifiants que les fruits au goût sûr comme les canneberges, les kiwis et les agrumes, hormis les citrons. Les jus de fruits sont souvent trop concentrés en sucre et devraient être consommés modérément.

    Légumes : De tous les aliments, seuls les légumes feuillus ou colorés sont véritablement alcalinisants. Brocoli, épinards, kale, germinations, haricots figurent parmi les meilleurs exemples. En revanche, attention aux asperges, cresson, tomates, poireaux, oignons et choux de Bruxelles.

    Noix et graines  : Les graines sont en général plus alcalinisantes que les noix, parmi lesquelles la moins acidifiante est de loin l’amande, suivie de la noix du Brésil et de coco. Évitez cependant les arachides. Les noix germées gagnent en minéraux et donc en potentiel alcalinisant.

    Céréales : Étant donné l’omniprésence de farines raffinées dans les aliments transformés, choisir des aliments préparés avec des céréales et des farines complètes, par conséquent riches en minéraux, fera une grosse différence pour votre équilibre acido-basique.

    Viandes et légumineuses : On entend parfois dire que les protéines sont acidifiantes. Il est vrai que la production d’énergie par le corps à partir de protéines produit beaucoup d’acide urique. La nuance est que les protéines ne deviennent une source particulièrement importante d’acidité que lorsqu’elles constituent une forte proportion de nos sources d’énergie quotidiennes, au-delà d’un gramme par kilo de poids corporel. Notez que les protéines des viandes renferment davantage de soufre que les protéines végétales, ce qui en font une source d’acide sulfurique plus importante.

    Produits laitiers : Consommez-les avec modération si vous avez tendance à souffrir d’acidité. Le yogourt et les fromages durs, surtout ceux qui sont vieillis, comptent parmi les aliments les plus acidifiants. Le petit-lait est davantage alcalinisant, par comparaison.

    Sucres : Les sucres comptent parmi les aliments les plus acidifiants, car une partie des glucides se changera en acide lactique dans l’organisme. Quant aux sucres raffinés, ils sont une des pires sources d’acidité ! Fuyez-les comme la peste et régalez-vous plutôt de sucres non raffinés comme le sucre de canne biologique, le sirop d’érable ou la mélasse verte. Fallait-il une autre raison de mettre les boissons gazeuses au rancart ?

    Infusions : Certaines plantes sont plus riches en minéraux, comme l’avoine, l’ortie, le trèfle rouge ou la prêle. Préparées sous forme de tisane, elles peuvent constituer un apport significatif en minéraux et remplacer avantageusement le thé ou le café. Les breuvages stimulants sont en effet une source de stress pour le système nerveux et de plus ils sont fortement diurétiques, ce qui favorise l’excrétion des minéraux. Les infusions d’herbes purifiantes et toniques des reins peuvent aussi aider l’organisme à éliminer les acides, par exemple la fleur de sureau, le pissenlit ou l’ortie.

    Le rôle clé de la respiration

    Notre manière de respirer est étroitement liée à notre état psychologique et tout cela a un impact majeur sur notre équilibre acido-basique.

    Ne sous-estimez pas l’impact de quelques respirations profondes sur votre taux d’acidité, qui peut être infléchi à la baisse en quelques instants de relaxation. C’est pour cela qu’un sommeil adéquat est également crucial, étant une longue période de repos combiné à une respiration régulière et profonde.

    La simplicité, gage d’efficacité

    Il suffit souvent de quelques simples bonnes habitudes pour préserver son équilibre acido-basique. Une saine alimentation sera largement salutaire : manger davantage de fruits et de légumes foncés et feuillus, éviter les sucres et les céréales raffinés, les excès de stimulants, de protéines ou d’alcool. Ne reste plus qu’à respirer par le nez et à prendre la vie avec un grain de sel et le tour est joué !EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

    --> A lireVasey, Christopher. Gérez votre équilibre acido-basique,

    éditions Jouvence, France, 2008.

     

     VIDEO expliquant rapidement et clairement l'importance de l'équilibre acido basique

     

    Préserver son équilibre acido-basique avec l’eau de mer --> Posté par Guillaume Barucq,  médecin généraliste et surfeur !  Article du blog SURF-PREVENTION.COM

    Le pH du corps humain est légèrement basique et se situe en temps normal autour de 7,4. Les limites du pH artériel doivent impérativement rester entre 7,35 et 7,45: au-delà de ces limites étroites, c’est la décompensation et la vie est menacée. En cas d’acidose (ou acidémie), le corps réagit en déclenchant des mécanismes alcalinisants. Des systèmes « tampons » agissent instantanément pour amortir la baisse du pH. Si ces tampons sont dépassés, une régulation par les poumons et/ou par les reins se met en route.

    Même quand il n’est pas menacé par une grave acidose métabolique ou respiratoire, le corps lutte en permanence pour maintenir son pH dans les limites compatibles avec la vie. Sans aller jusqu’à la décompensation, notre corps peut subir une acidose de bas grade, trop faible pour être détectée par les analyses sanguines, mais suffisante pour provoquer des symptômes, voire des pathologies si cet état acide devient chronique. Il existerait en effet un état d’acidose infrabiologique, ou plus exactement une tendance à l’acidification (puisque celle-ci est instantanément compensée par nos mécanismes de régulation naturels), ayant des effets néfastes sur notre santé. Cette acidose pourrait se manifester par une fatigue, des douleurs, des troubles digestifs, etc.

    Le corps fournit un effort permanent pour maintenir l’alcalinité du sang. Mais plus il lutte, plus il épuise ses réserves alcalines pour compenser l’acidité. Quand il n’a plus suffisamment de minéraux alcalins pour tamponner l’acidité, il va les chercher dans ses propres tissus, et notamment dans le tissu osseux. Le résultat est que les os relarguent leurs sels de calcium dans la circulation quand le liquide extra-cellulaire est trop acide. Les ions H+ qui sont en surnombre en cas d’acidose pourraient même être des activateurs des ostéoclastes. La perte osseuse peut engendrer l’ostéopénie ou l’ostéoporose avec une augmentation du risque de fractures. Pour prévenir l’ostéoporose, il ne suffit donc pas de conseiller une alimentation riche en calcium, mais il faut avant tout adopter une diète suffisamment alcaline, riche en fruits et légumes, sans oublier de faire le plein de vitamine D indispensable à la fixation du calcium sur les os, en prenant le soleil de manière adaptée.

    Cet état d’acidose peut être favorisé par la surconsommation d’aliments acidifiants comme les protéines animales des viandes, les sucres, les graisses hydrogénées, les aliments transformés et la malbouffe en général, la consommation d’alcool, de tabac…ou encore un effort intense, un stress, un surmenage.

    Le corps a besoin de munitions alcalines pour parer à l’acidification. Et il va trouver ces munitions dans l’alimentation. Le problème est que l’alimentation habituelle de nos sociétés occidentales est souvent trop acidifiante. Il faut donc apprendre à équilibrer son régime alimentaire pour favoriser le maintien d’un bon équilibre acido-basique. Tout en sachant qu’un aliment alcalin n’est pas forcément alcalinisant. A l’inverse, le jus de citron, acide, est un très bon aliment alcalinisant. Il existe aussi des aliments qui seront plutôt alcalinisants chez certaines personnes, et acidifiants chez d’autres. Mais il ne faut pas croire qu’il faut consommer exclusivement des aliments alcalinisants: le régime acido-basique idéal peut contenir une part d’aliments acides. Il existe plusieurs livres sur l’alimentation et l’équilibre acido-basique que nous ne développerons pas ici. Ce qui nous intéresse est que l’eau de mer peut constituer un apport alcalin non négligeable, en complément d’une alimentation équilibrée.

    FAQ sur l'eau de mer --> Centre des sciences biologiques de la santé

    L’eau de mer est une solution alcaline à la fois simple et efficace pour aider à maintenir notre pH dans des valeurs alcalines: le pH de l’eau de mer naturelle se situe généralement entre 7,5 et 8,4. Grâce à sa concentration en sels minéraux alcalins (sodium, potassium, magnésium, calcium…) et en bicarbonates, l’eau de mer permet une recharge minérale alcalinisante optimale.

    L’eau de mer agit différemment des compléments alimentaires où on retrouve seulement quelques minéraux alcalins en quantités pas forcément adaptées à nos besoins. L’eau de mer stérilisée offre la bonne formule avec tous les minéraux et oligo-éléments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme en proportions adaptées. Et on y trouve aussi certains minéraux réputés acides comme le chlore, le phosphore ou le soufre qui ont eux-aussi un rôle à jouer dans l’équilibre et la détoxification de l’organisme. Il ne s’agit donc pas de consommer exclusivement des minéraux alcalins, mais de les assimiler tous dans les proportions adéquates apportées par l’eau de mer.

    L’eau de mer peut agir par différentes voies :
    la voie digestive: l’eau de mer stérile ingérée en petite quantité par voie orale peut réduire l’acidité gastrique et intestinale comme l’ont montré des études allemandes (Rowpler (1960) ; Schlegel (1953) ; Hansche (1957) ). NB: la voie sublinguale permet de contourner l’acidité gastrique.
    la voie respiratoire par inhalation de l’air marin ou de spray d’eau de mer qui jouent un rôle alcalinisant au niveau des voies ORL et pulmonaires.

    L’eau de mer contribue au maintien de notre équilibre acido-basique en contrebalançant l’acidification du corps par son alcalinité. Nous verrons plus loin comment les bains de mer peuvent aussi participer au maintien de l’équilibre acido-basique du corps.

    Le problème de l’acidification de l’océan rejoint le nôtre. L’acidification des océans altère leur bon fonctionnement, tout comme l’acidification du corps peut dérégler notre organisme. L’acidose sévère aiguë non compensée conduit à la mort ; l’acidose modérée chronique peut entraîner la maladie.

    Même si elle est encore controversée par certains, cette théorie de l’équilibre acido-basique du corps tend à s’imposer pour de plus en plus de scientifiques et de thérapeutes.

    En cancérologie, on sait que le pH des liquides au contact de tumeurs solides est acide à cause d’un métabolisme du glucose accru et d’une mauvaise vascularisation. Cette acidité favorise l’invasion tumorale et les métastases. Des chercheurs ont étudié la possibilité que la réduction de l’acidité d’une tumeur entraîne une diminution de l’incidence des métastases in vivo. Ils ont administré du bicarbonate de sodium (alcalinisant) à des souris présentant un cancer du sein métastatique. Ce traitement a entraîné une augmentation du pH extra-cellulaire, une réduction de l’envahissement ganglionnaire et de la formation de métastases dans le foie. Ce traitement alcalin ne s’avère pas aussi efficace pour tous les types de cancer, notamment contre le mélanome, mais l’intérêt de cette étude est de mettre en évidence l’impact de l’acidité sur l’évolution de certaines tumeurs.

    Chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR), le liquide synovial des articulations touchées par cette maladie inflammatoire est acide. Des chercheurs ont eu l’idée de donner une supplémentation alcaline à un groupe de patients atteints de PR pour voir si cela conduisait à une amélioration de leurs symptômes (comme cela a déjà été montré pour des personnes souffrant de mal de dos chronique).  Dans le groupe de patients recevant une supplémentation alcaline, ils ont pu observer une diminution de l’activité de la maladie (baisse du score DAS 28) et une diminution des douleurs ressenties sur l’Echelle Visuelle Analogique. L’indice fonctionnel HAQ était amélioré chez les patients supplémentés et une diminution de la consommation de médicaments anti-inflammatoires a même été observée chez eux. Les auteurs ont conclu qu’une supplémentation alcaline pouvait être un traitement d’appoint simple et sûr, en complément du traitement habituel de ces patients souffrant d’un rhumatisme inflammatoire.

    On pourrait multiplier les exemples de pathologies où l’acidité des liquides de l’organisme peut jouer un rôle néfaste. Sans aller jusqu’aux conséquences pathologiques, l’équilibre acido-basique pourrait également jouer un rôle dans le bon fonctionnement et les performances de notre organisme.

    CHRISTOPHE VASEY explique en 4 vidéos l'équilibre acido-basique