• DENTS & SUIVI

    CLIC > Communiqué de presse (28 juin 2012) – Mercure dentaire : nouvelle position française

     

    Le mercure dentaire, un neurotoxique qui empoisonne les Français

    PAR SOPHIE CHAPELLE (21 NOVEMBRE 2011)

    Un poison. Comment qualifier autrement les plombages dentaires qui, lorsqu’ils sont retirés de la bouche des patients, sont classés comme déchets dangereux par la Commission européenne… et interdits de poubelle. Les « plombs », ou amalgames dentaires, contiennent 50 % de mercure élémentaire associé à de l’argent ou de l’étain. Dans la bouche, ces amalgames libèrent du mercure en permanence sous forme de vapeurs, qui s’accumule dans le cerveau, les reins ou le foie. Les données relevées par l’association Non au mercure dentaire sont effrayantes : 17 à 18 tonnes de mercure seraient placées chaque année dans la bouche des Français. La liste des méfaits des amalgames est longue : neurotoxiques, génotoxiques, immunotoxiques, reprotoxiques, ou encore perturbateurs endocriniens.

    L’enquête Menaces sur nos neurones fait état des nombreuses publications scientifiques appréhendant le rôle du mercure dans l’augmentation du risque de maladies neurodégénératives telles Alzheimer (voir notre entretien avec les auteurs). « Chaque amalgame supplémentaire augmente le risque de sclérose en plaques de 24 % d’après une étude de 2004 », rappelle la scientifique Marie Grosman, coauteure de l’enquête.

    Les enfants, particulièrement vulnérables aux effets du mercure

    L’embryon, puis le fœtus et l’enfant sont particulièrement vulnérables aux effets du mercure. Dès le milieu des années 1990, des autopsies ont montré que plus la mère porte d’amalgames dentaires, plus le taux de mercure dans le cerveau du bébé est élevé . Or, la présence de mercure, même en faible quantité, perturbe le développement cérébral de l’enfant : dans une étude portant sur 329 couples mère-enfant new-yorkais, le QI moyen des enfants se révélait un peu inférieur à 100 pour une concentration de 7,7 µg/l de mercure dans le cordon ombilical. En revanche, les enfants qui avaient peu de mercure dans le sang ombilical (moins de 0,1 µg/l) bénéficiaient en moyenne de 15 points de QI supplémentaires. 

    Au-delà de l’impact neurologique, une étude épidémiologique de juillet 2010 réalisée par une équipe norvégienne de l’Institut national des sciences de la santé environnementale met en évidence un risque quadruplé de fente palatine (« bec-de-lièvre ») chez les enfants dont la mère a reçu des amalgames dentaires en début de grossesse.

    (...) Traiter l’intoxication au mercure par des antidépresseurs

    Les ONG relèvent également des manquements de l’agence sanitaire, comme le classement sans suite de trois signalements d’effets secondaires liés au mercure dentaire. Le rapport de l’Afssaps estime que les symptômes décrits par les porteurs d‘amalgames ne sont pas attribuables au mercure mais reflètent des maladies somatiques non diagnostiquées ou des troubles psychiques. Dès lors, le protocole mis en place à partir de 2005 vise à orienter les patients vers un suivi psychiatrique et vers la prise de traitements antidépresseurs.

    > suite de l'article sur BASTAMAG

     

      POUR UNE BONNE PREVENTION...
    • Maintenir l'équilibre acido-basique dans l'alimentation que vous donnez à votre enfant.
    • Nettoyez les dents au moins 2 fois par jour, pendant 2 mn (l'utilisation d'un minuteur de cuisine et de petites comptines aident les enfants à patienter !!).
    • Si votre enfant mange la brosse à dent, ou refuse catégoriquement de la laisser passer la barrière des dents, vous devez d'abord travailler en stimulation oro-faciale afin de désensibilser cette zone et permettre à l'enfant de ne plus appréhender le geste, ou le contact, ou le produit, ou le mouvement bref ce qui le bloque dans cette action.
    • Sur les conseils d'un stomatologue, il vaut mieux utiliser le dentifrice ELMEX en respectant bien les âges, car il ne contient pas le même fluor que ceux que l'on trouve facilement en magasin, et cette Fluorure d'amines olafluor protège mieux les dents et l'émail dentaire. En outre comme les enfants ont tendance à ne pas forcément recracher le dentifrice, celui-ci est micro-dosé en fluor à 0,56% d'où un ppm à 500. Et pendant que vous y êtes prenez votre brosse à dent en pharmacie, elle sera plus adaptée et de meilleur qualité et pas plus cher qu'ailleurs ! Vous partez ainsi avec un bon bagage !
    • Evitez les sucres (confitures, bonbons, miel...) et les jus de fruits sucrés, d'autant que l'acidité s'y' cache également. Mieux vaut un jus de mangue qu'un jus d'orange pour les dents et pour l'estomac !
    • Consultez régulièrement un dentiste pour que votre enfant s'habitue peu à peu à lui, et peut-être qu'un jour il acceptera les soins !
    • UTILISEZ du XILITOL (sucre du bouleau) à la place du sucre blanc et du sucre de canne !! On en trouve dans tous les magasins bio et sur le net ! 11€ le kilo. Le xylitol est un édulcorant naturel présent dans le bouleau, le hêtre et les fruits. Le xylitol a été découvert dans les années 1890 par des savants allemands et français. Ce n'est que dans les années 70 que ses effets salutaires sur les dents ont été démontrés par Kauko Mäkinen et Arje Scheinin de l'institut d'odotonlogie de l'université de Turku.
      Le xylitol interrompt l'accroissement de l'acidité et empêche la formation de caries.
      Elle réduit la quantité de plaque dentaire et empêche la transmission de la carie de la mère à l'enfant.
      Le xylitol réduit aussi l'incidence des otites chez les jeunes enfants.
      Il est fabriqué industriellement à partir d'écorce de bouleau, raison pour laquelle on l'appelle aussi sucre de bouleau.
      • Le xylitol a une saveur sucrée identique au saccharose sans arrière goût mais avec une valeur énergétique 40% moindre (2,4 kcal/g au lieu de 4 kcal/g). La saveur du xylitol est aussi frais en bouche.
      • Le xylitol peut être assimilé sans problème par les diabétiques.
      • Contrairement aux autres sucres, le xylitol est non acidifiant pour l’organisme.
      En plus, il présente des vertus thérapeutiques. Plusieurs études sur le xylitol ont permis d’établir que son emploi régulier prévient la carie dentaire. Par la suite, des chercheurs d’Oulu (ville universitaire du nord de la Finlande) ont également démontré que la consommation de xylitol prévenait, de manière significative, les inflammations du tympan chez les enfants. > plus d'infos sur le site ESPRIT SANTE.